devis@lillechirurgiesthetique.com 0033 (0)1 76 45 02 45 / 00 216 71 960 875 / 00 216 29 802 383 / 00 216 29 902 917

Chirurgie & Médecine Esthétique

Tarifs Tout Compris, Prix Pas Cher en Tunisie !
15
Mai

Peut-on être accroc à la chirurgie esthétique ?

Dysmorphobie et BDD (Body Dysmorphic Disorder) sont des mots barbares qui ne signifie rien pour le commun des mortels, cependant, derrière eux, se cache quelque chose de plus simple et avec des mots plus clairs : addiction à l’esthétique. La recherche de la jeunesse éternelle, se sentir belle et être obsédée par son image peut rapidement devenir un problème.

Ainsi, les addictions à la chirurgie plastique peuvent exister d’un point de vue scientifique et les personnes qui en souffrent recherchent des traitements extrêmes pour obtenir le nez, les lèvres ou les seins parfaits, sans se rendre compte qu’il n’y a pas de visage ou de corps parfait.

Après la chirurgie, les toxicomanes trouveront toujours « quelque chose » à retoucher ou une imperfection imaginaire afin de retourner à la salle d’opération encore et encore. Au sein de ce groupe, il y a aussi des patients qui sont toujours à la recherche de la perfection et ont tendance à voir une erreur ou un petit défaut comme quelque chose d’exagéré, lui donnant une importance qu’il n’a pas. Ce type de patients, qui ont des attentes irréalistes et ne se permettent pas d’être conseillés, sont des personnes avec un trouble important.

À cet égard, le BDD, (Body Dysmorphic Disorder) ou le syndrome de distorsion de l’image est un trouble de la perception et de l’évaluation du corps qui se compose d’une préoccupation exagérée pour un défaut inexistant dans la physique ou l’apparence, dans une évaluation disproportionnée des anomalies physiques possibles, qui pourraient présenter un individu apparemment normal.

Ceux qui souffrent de ce trouble sont des gens craintifs concernant l’opinion des autres à leur sujet ou leur physique. Ils peuvent même se voir comme des « monstres » ou « déformés » parce qu’ils ont une image déformée d’eux-mêmes, alors qu’en réalité ils sont « normaux ». Cela génère une grande anxiété et ils ont tendance à ne pas rationaliser. De plus, cette perception affecte leur vie quotidienne, les rendant dangereux et malheureux.

La jeunesse éternelle, se sentir belle et obsédée par l’image peut devenir un problème

Et, selon les psychiatres et experts dans le domaine, avant de subir une opération, les professionnels doivent examiner les aspects de la personnalité, la stabilité émotionnelle et les attentes du patient lors des consultations préopératoires. Ces patients sont, en effet, convaincu qu’un changement physique les conduira aussi à un changement psychologique, d’où l’importance de leurs attentes. Pour eux le niveau esthétique doit être au-dessus du psychologique. Il y a des gens qui pensent que l’apparence physique standardisée sera aimée et acceptée socialement assurant ainsi leur pleine intégration dans la société.

Selon les spécialistes, vous devez être capable de répondre à la question : qu’attendez-vous de votre chirurgie esthétique ? Changer l’aspect physique et esthétique est une bonne chose et nous aide à nous sentir mieux, mais nous ne devrions jamais être soumis à un changement physique, cela ne devrait en aucun cas être une obligation.

Nous sommes tous capables de percevoir certaines caractéristiques que nous n’aimons pas et de corriger. Ce n’est pas négatif et une intervention esthétique peut aider à améliorer notre image personnelle.

Aussi, dans le monde de l’esthétique et en dehors de la chirurgie, nous trouvons une autre pathologie : la cosmétique abusive ou l’addiction aux crèmes. Il s’agit de ceux qui ne peuvent se priver de leurs différents produits cosmétiques faisant ressembler la salle de bain à une parfumerie géante.

Pour les spécialistes, ce souci excessif et obsessionnel de la cosmétique finit par prendre le dessus et devenir un autre trouble du comportement, tous motivés par un idéal de beauté irréaliste, étroitement lié à la peur du vieillissement. Il est important d’être conscient de notre âge, de notre rythme de vie, des besoins de notre peau. Tout cela est très loin de la véritable fonction de la cosmétique qui est le soin de notre peau, pour fournir une bonne hydratation et un bon nettoyage en utilisant les bons produits et dans les bonnes quantités ‘.

Le Botox : élixir de jouvence par excellence

En ce qui concerne le Botox, il convient de noter qu’il a des détracteurs et des défenseurs. Parmi ses détracteurs, qui disent qu’il crée une dépendance. Quand cela ne dure que quelques mois, vous devez à nouveau vous injecter la précieuse substance. Comme avec tout autre traitement cosmétique, la dépendance au Botox est déterminée par l’état psychologique du patient. Le Botox nous procure une grande satisfaction à travers ses résultats spectaculaire, parce que nous avons l’air bien et cela augmente notre image de soi.

Il est très important d’évaluer le profil psychologique de chaque patient avant de commencer tout traitement de médecine esthétique. « Nous devons faire attention au patient qui vient après une brève période pour faire une nouvelle retouche parce qu’il se cache peut-être sous un autre problème plus sérieux ; La personne peut cacher un désordre encore plus grand produit par une cause émotive », nous déclare l’agence MEDESPOIR , leader dans le domaine de la chirurgie esthétique et pionnier de la médecine esthétique en Tunisie.

Par conséquent, le meilleur traitement contre la dépendance aux chirurgies esthétiques, surtout si elle résulte d’un trouble dysmorphique du corps, sont l’écoute et la thérapie.

Leave a Reply

treize − 9 =